Consultant International Child Protection Specialist Basé à Conakry 12 mois

  • Location:
  • Salary:
    negotiable / YEAR
  • Job type:
    CONTRACTOR
  • Posted:
    2 months ago
  • Category:
    Peace and Security, Social and Inclusive Development, Youth and Adolescence
  • Deadline:
    03/03/2024

JOB DESCRIPTION

L’UNICEF travaille dans certains des endroits les plus difficiles du monde, pour atteindre les enfants les plus défavorisés de la planète. Pour sauver leur vie. Pour défendre leurs droits. Pour les aider à réaliser leur potentiel.

Dans 190 pays et territoires, nous travaillons pour chaque enfant, partout, chaque jour, afin de construire un monde meilleur pour tous.

Et nous n’abandonnons jamais.

UNICEF pour chaque enfant

Au cours de la dernière décennie, la Guinée a déployé des efforts considérables pour faire progresser et promouvoir les droits de l’enfant et des femmes. Le pays a ainsi poursuivi ses efforts visant à améliorer son cadre légal et assurer que celui-ci était aligné à la législation internationale.  Dans le domaine de la protection des enfants, le gouvernement Guinéen a, en 2019 adopté une nouvelle loi portant code de l’enfant totalement alignée à la CDE[1] .

Le MPFEPV est l’organe chargé de la mise en œuvre et du suivi de la politique du Gouvernement en matière de la protection de la femme, de l’enfant et les autres personnes vulnérables. À ce titre, le ministère a donc la charge de la formulation et la mise en œuvre de lois, de politiques et de stratégies relatives aux femmes et aux enfants et du suivi et la coordination de toutes les activités développées en leur faveur. Le MPFEPV est aussi chargé de coordonner et surveiller l’adhésion aux instruments internationaux relatifs aux enfants et aux femmes ratifiés par la Guinée. Cela inclus aussi la production des rapports sur la mise en oeuvre de ces instruments. Par exemple, le 7e rapport alternatif sur la mise en œuvre de la CDE est dû au début de l’année 2025. Cela signifie donc qu’en 2024, l’une des priorités du MPFEPV devra être la coordination de la préparation du rapport tout en assurant une participation active de toutes les parties prenantes, y compris les enfants.

Le MPFEPV, en collaboration avec les partenaires techniques notamment UNICEF, a mis en place des systèmes de protection de l’enfant (au niveau national, régional et communal) afin d’éviter une réponse fragmentée aux problèmes de protection des enfants. Ces systèmes visent principalement l’opérationnalisation et le renforcement de la coordination intersectorielle pour fournir des services de prévention et de reponse aux enfants. C’est donc dans ce cadre que depuis 2013, le MPFEPV a pris des mesures pour soutenir la mise en place et le renforcement des cadres régionaux et locaux de concertation et coordination intersectorielle des interventions et services de protection fournis aux enfants et leurs familles. Cependant, le niveau de fonctionnement de ces mécanismes reste fortement dépendant de l’intérêt des personnes qui les animent et de l’appui financier des partenaires. On note aussi un manque de données probantes pouvant démontrer l’efficacité de ces mécanismes, en particulier en termes d’impact et de résultats concrets pour les enfants. Malgré ces contraintes, le MPFEPV a manifesté la volonté de redynamiser et renforcer les systèmes de protection de l’enfant. Il est donc important de prendre un peu de recul, analyser et vérifier si ces mécanismes sont toujours adaptés à l’objectif poursuivi et le contexte.

En Guinée, les enfants ayant un besoin de protection et leurs familles continuent de faire face à des nombreuses   difficultés pour accéder aux systèmes formels de protection de l’enfance. Cela est dû principalement à l’application limitée du cadre légal existant, la faible disponibilité des services, le sous financement des secteurs sociaux en particulier celui de la protection de l’enfant[2], la capacité technique limitée des agents de protection de première ligne et les assistants sociaux au niveau communautaire, les ressources humaines limitées et la faible capacité en matière de planification, de coordination, de suivi et d’établissement de rapports. La non-formalisation du travail social constitue aussi un défi majeur dans la mise en place d’un système de protection efficace et la fourniture des services (de prévention et de réponse) de qualité aux enfants et leurs familles. Cette situation affecte fortement la capacité du MPFEPV à remplir pleinement son mandat. Le MPFEPV a ainsi sollicité un appui de l’UNICEF pour le recrutement d’un consultant national en vue de renforcer sa capacité en ressources humaines au niveau national et fournir l’appui technique nécessaire au MPFEPV dans l’accomplissement de son mandat.

Comment pouvez-vous faire la différence ?

Le but principal de cette consultance est de renforcer la capacité du MPFEPV à remplir ses fonctions essentielles en tant qu’autorité statutaire chargée de la protection des femmes et des enfants.  De manière spécifique, elle poursuit les objectifs suivants :

  1. Renforcer la capacité technique du MPFEPV en matière de planification, de coordination et de suivi des interventions dans le domaine de la protection des enfants et des femmes.
  2. Aider le MPFEPV à définir une stratégie de redynamisation et de renforcement du système national de protection de l’enfant.
  3. Fournir l’expertise technique au MPFEPV dans l’élaboration des documents de politiques et de stratégies.
  4. Coordonner l’élaboration du rapport sur la situation des droits de l’enfant en Guinée, conformément aux exigences du Comité des droits de l’enfant en matière d’établissement des rapports des pays.

Objectifs Spécifiques

Coordination des interventions et services pour les enfants et les femmes.

  1. Appui technique dans le renforcement du cadre de coordination multi-sectorielle pour la protection de l’enfant au niveau national ; y compris le développement des outils pour la supervision et le suivi des interventions et la qualité des services.
  2. Contribuer au renforcement des capacités techniques du staff du MPFEPV à travers notamment (i) une évaluation rapide des besoins en formation et (ii) l’organisation des sessions de formation et le coaching à l’intention des gestionnaires des services sociaux, les assistants sociaux et les agents de protection de première ligne.
  3. Soutenir la mise en œuvre des systèmes de gestion de cas et de la gestion de l’information sur la protection de l’enfance/PRIMERO, y compris la revue des différentes procédures opérationnelles standards pour la gestion des cas
  4. Soutenir le MPFEPV dans la préparation des rapports d’activités et autres documents pertinents comme les notes de plaidoyer.

Renforcement/redynamisation du Système national pour la protection de l’enfant :

  1. Faire un état des lieux/revue participative des systèmes de protection de l’enfant au niveau national, régional et communal en vue de (i) d’identifier les forces et les faiblesses du système actuel ainsi que les opportunités pour leur renforcement (ii) documenter les bonnes pratiques et les leçons apprises dans leur mise en place et leur renforcement et (iii) faire des recommandations concrètes/pertinentes pour améliorer le fonctionnement des systèmes de protection de l’enfant, afin de renforcer la prévention de la violence à  l’encontre les enfants et l’accès des enfants  victimes de violence à une prise en charge adéquate. Ce travail devrait permettre au MPFEPV de développer un plan d’action pour le renforcement et la redynamisation des systèmes de protection ( au niveau national et local) qui répondent aux priorités identifiées et qui sont mieux adaptés au contexte.
  2. Plaidoyer auprès des autres Ministère pour l’intégration et prise en compte de la protection de l’enfance dans les plans et budgets sectoriels nationaux, et selon le cas, apporter une contribution technique aux politiques et stratégies.

Appui à l’élaboration des politiques et stratégies :

  1. Appui technique ans l’élaboration d’un cadre réglementaire pour la prise en charge alternative des enfants, y compris la revue des procédures et des normes pour les centres de prise en charge alternative des enfants.
  2. Fournir des contributions techniques à la mise à jour du Plan Stratégique National pour l’Accélération de l’Abandon des MGF 2019-2023, y compris l’élaboration d’un cadre de suivi (monitoring).
  3. Soutenir le plaidoyer et dialogue avec les ministères clés (ex : ministère de la justice et des droits de l’homme, etc.) pour la ratification par le Gouvernement du 3e Protocole facultatif à la CDE concernant la procédure de plainte individuelle en cas violations de droits de l’enfant.

 

Production du 7e rapport alternatif sur la CDE

  1. Appuyer techniquement le MPFEPV dans la mise en place d’une Task-Force Ministériel pour l’élaboration du rapport du Gouvernement sur la mise en œuvre de la CDE (y compris l’élaboration de ses termes de référence).
  2. Coordonner la compilation des données et informations disponibles sur la situation des enfants en vue de l’élaboration du 7e rapport alternatif sur la CDE pour La Guinée.
  3. Faciliter le processus de consultation des parties prenantes et des détenteurs d’obligations (y compris les enfants, adolescents et jeunes) pour l’élaboration du rapport.
  4. Coordonner la soumission des inputs des différents départements ministériels et assurer le contrôle de la qualité des différentes soumissions.

Supervision

Sous la supervision directe du Child protection Specialist, le consultant travaillera sous la supervision du Chef de la section Protection de l’Enfant et accomplira sa mission dans les locaux de la direction de la protection de la l’enfance au  MPFEPV. Il/elle sera régulièrement mis(e) à jour chaque semaine avec le spécialiste de la protection de l’enfance chargé de sa supervision. Le consultant sera basé à Conakry avec des fréquents voyages et missions sur le terrain. La consultance sera conclue pour une durée de 12 mois

Delivrables

1.. Le rapport alternatif sur la mise en œuvre de la CDE est développé à travers un processus participatif, disponible et soumis dans les délais au Comité des droits de l’enfant.

Consensus au sein du gouvernement pour la ratification du 3e Protocole facultatif à la Convention relative aux droits de l’enfant (CDE). 31/08/2024

2. Un cadre réglementaire pour la prise en charge est disponible et approuvé par le MPFEPV

Les outils pour la supervision et le suivi des interventions et la qualité des services développés 31/12/2024

3.. Un plan de renforcement des capacités techniques du personnel du MPFEPV et de coaching à l’intention des gestionnaires des services sociaux, les assistants sociaux et les agents de protection de première ligne est développée sur base d’une évaluation des besoins en formation est disponible et mis en œuvre.

Le rapport de mise en œuvre du plan de renforcement des capacités du personnel du MPFEPV avec des recommandations claires est disponible – 30/04/2024

4- Un plan d’action pour le renforcement et la redynamisation du système national de protection est élaboré de manière participative pour mettre en œuvre les priorités identifiées lors de l’état des lieux du SPE.

Un rapport d’analyse critique de l’état des lieux de SPE, identifiant les forces et faiblesses du système national de protection et incluant les recommandations claires pour la redynamisation et amélioration du système 31/01/2025

Consensus au sein du gouvernement pour la ratification du 3e Protocole facultatif à la Convention relative aux droits de l’enfant (CDE).

Le 3e Protocole facultatif à la Convention relative aux droits de l’enfant (CDE) est signé par le gouvernement et ratifié par le parlement.  28/02/2025

Pour être considéré comme un défenseur de chaque enfant, vous devez avoir…

Minimum de qualifications Diplomes requis 

Master en sciences sociales ou dans une science connexe (sociologie, droits, droits de l’enfant, etc.

Knowledge/Expertise/Skills required:

  • Expérience professionnelle d’au moins 5 ans dans le domaine du conseil stratégique en environnement institutionnel
  • Expérience avérée dans la réalisation de missions similaires
  • Justifier d’une expérience dans l’animation des ateliers avec des audiences variées
  • Bonne connaissance des politiques, lois et conventions/instruments nationaux, régionaux et internationaux visant à promouvoir les droits et le bien-être des enfants, des femmes et d’autres personnes vulnérables.
  • Les valeurs fondamentales de l’UNICEF sont la diversité et l’inclusion ; Intégrité ; et Engagement. Les compétences de base de l’UNICEF sont la communication ; Travailler avec des gens ; et Rechercher des résultats. Les candidats doivent maîtriser tous ces domaines.
  • Maitrise de la langue française

Pour chaque enfant, vous démontrez…

Les valeurs de l’UNICEF : attention, respect, intégrité, confiance, responsabilité et durabilité (CRITAS).

Soumission de candidature

Les candidats intéressés sont priés de postuler uniquement en ligne sur cette page et y joindre en fichiers attachés :

  • Une proposition technique
  • Une offre financière forfaitaire tout inclus (y compris les frais divers tels que la communication internet et téléphonique, frais de transport et indemnité de subsistance durant la mission à Conakry si le consultant ne réside pas dans cette ville et lors des travaux sur le terrain)
  • Un CV indiquant les qualifications nécessaires et toute expérience pertinente ;
  • Copie du diplôme le plus élevé ;
  • Copie du passeport ou de la pièce d’identité nationale.

L’UNICEF est là pour servir les enfants les plus défavorisés du monde et notre personnel doit refléter la diversité de ces enfants. La famille de l’UNICEF s’engage à inclure tout le monde, indépendamment de la race/ethnie, de l’âge, du handicap, de l’identité de genre, de l’orientation sexuelle, de la religion, de la nationalité, du milieu socio-économique ou de toute autre caractéristique personnelle.

L’UNICEF propose des aménagements raisonnables aux consultants/contractants individuels handicapés. Il peut s’agir, par exemple, de logiciels accessibles, d’une aide au voyage pour les missions ou d’accompagnateurs personnels. Nous vous encourageons à faire état de votre handicap lors de votre candidature au cas où vous auriez besoin d’aménagements raisonnables au cours du processus de sélection et, par la suite, dans le cadre de votre affectation.

L’UNICEF applique une politique de tolérance zéro à l’égard des comportements incompatibles avec les buts et objectifs des Nations unies et de l’UNICEF, notamment l’exploitation et les abus sexuels, le harcèlement sexuel, l’abus de pouvoir et la discrimination. L’UNICEF adhère également à des principes stricts de protection de l’enfance. Tous les candidats sélectionnés devront adhérer à ces normes et principes et feront donc l’objet d’une vérification rigoureuse de leurs références et de leurs antécédents. Le contrôle des antécédents comprendra la vérification des titres universitaires et des antécédents professionnels. Les candidats sélectionnés peuvent être amenés à fournir des informations supplémentaires pour permettre la vérification de leurs antécédents.

Remarques :

Seuls les candidats présélectionnés seront contactés et passeront à l’étape suivante du processus de sélection.

Les personnes engagées dans le cadre d’un contrat de consultant ou d’un contrat individuel ne seront pas considérées comme des “membres du personnel” au sens du statut et du règlement du personnel des Nations unies et des politiques et procédures de l’UNICEF, et n’auront pas droit aux avantages qui y sont prévus (tels que les droits à congé et la couverture de l’assurance médicale). Leurs conditions de service seront régies par leur contrat et par les Conditions générales des contrats de services des consultants et des contractants individuels. Les consultants et les contractants individuels sont responsables de la détermination de leurs obligations fiscales et du paiement de tout impôt et/ou taxe, conformément à la législation locale ou à toute autre législation applicable.

Il incombe au candidat sélectionné de s’assurer que le visa (le cas échéant) et l’assurance maladie nécessaires à l’exécution des tâches prévues dans le contrat sont valables pour toute la durée du contrat. Les candidats sélectionnés doivent confirmer qu’ils sont entièrement vaccinés contre le SRAS-CoV-2 (Covid-19) au moyen d’un vaccin approuvé par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), ce qui doit être fait avant le début de la mission. Elle ne s’applique pas aux consultants qui travailleront à distance et ne sont pas censés travailler ou se rendre dans les locaux de l’UNICEF, sur les lieux d’exécution des programmes ou interagir directement avec les communautés avec lesquelles l’UNICEF travaille, ni se déplacer pour exercer des fonctions pour l’UNICEF pendant la durée de leur contrat de consultant.

This job has expired.